Une Semaine dans l’Univers

    Mercredi

    Quelque part dans une lointaine galaxie, sur une planète encore bien inconnue de nous, deux peuples s’affrontent. L’affrontement est séculier, latent. Fait de tensions et de percées. Les deux peuples sont biens différents, l’incompréhension est totale malgré le temps.

    Aujourd’hui, c’est le point culminant, celui qui déchire le cours du temps et qui restera comme un moment noir de leur histoire. Le moment où l’affrontement a lieu.

    L’histoire nous dira s’il y aura un vainqueur et un vaincu. Si les ressources territoriales ont changé de camp.

    Mais pour l’heure, le sang coule, comme nous dirions ici.

    Jeudi

    A la lisière de notre système solaire, à quelques 100 années lumières de notre planète, Pioneer 10 dérive dans un espace vide entre les galaxies. Plus de 3 ans aujourd’hui que nous n’avons plus de nouvelle de cette sonde qui devait porter notre message humain au loin de chez nous.

    Et en ce jour de jeudi, sans que nous le sachions, Pioneer croise un autre chemin. Le peu d’énergie qui reste à la sonde, lui permet d’enregistrer de légères variations d’intensité électromagnétique pendant quelques minutes. Qui s’amplifient puis s’amenuisent.

    Celui d’une autre sonde ? Celui de voyageurs ? Celui d’un comète ?

    Nous ne le saurons jamais.

    Vendredi

    Sur la station ISS, Koichi Wakata, spationaute japonais finit d’assembler le module expérimental japonais (JEF). Il est marié, a une fille et se sent seul.

    Heureux d’être une fierté de son pays, évidement mais le prestige de l’ère spatiale est un peu passé aujourd’hui. Content du devoir accompli et de la mission terminée, bien sûr mais un sentiment de futilité ne peut être contenu quand il regarde par les hublots.

    La terre d’un côté, l’univers de l’autre.

    La futilité au milieu.

    Samedi

    A Berne, l’Union Syndicale Vaudoise (USV) a appelé à une manifestation nationale. La Suisse peu réputée pour ses mouvements sociaux est touchée à son tour par la crise ambiante et par ses émanations.

    La ville a été surprise, prise par surprise. De même que les manifestants par leur nombre. Enfants, ouvriers et cadres défilant dans les rues.

    Un mouvement social d’ampleur devant les portes du gouvernement fédéral.

    Dimanche

    Jean-Philippe est triste. Samuel l’a quitté. Il lui a dit que c’était fini. C’était ce matin, après le petit-déjeuner. Samuel était bizarre depuis le réveil, Jean-Philippe ne le sentait pas très bien depuis vendredi soir. La semaine difficile sûrement.

    Mais Samuel ne l’aime plus. Il lui a dit. Ce fut des larmes et peu de cris. Surtout de la douleur.

    Quatre ans qu’ils partageaient leur vie.

    Quatre ans et deux jours.

    Lundi

    Panipou attend.

    Il est 16h43 quand sa maîtresse arrive. Il est à nouveau heureux. Lui qui attend depuis 7h48. Une longue journée encore, mais c’est toute la semaine comme cela. Lundi, mardi, jeudi et vendredi. Hors période scolaire.

    Elle est grande maintenant, elle va à l’école depuis deux semaines. Et Panitou n’a plus le droit de l’accompagner.

    Un doudou ne va pas à l’école.

    Mardi

    Zone thyroïdienne. Quelques cellules sont passées comme inaperçues du système immunitaire depuis quelques temps. Mais là, aujourd’hui, l’alerte est donnée.

    Des cellules prolifèrent anormalement. Elles se rejoignent et commencent à se déplacer de façon autonome.

    Elles commencent à dérégler la circulation des hormones. La métastase est officiellement formée.

    Aujourd’hui un cancer est né.

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *