En Réflexion : Etiquettes, Cases et Profils

Bonjour à toutes et tous,

Je voudrais vous parler d’étiquettes, de cases et de profils.

Lorsque vous lisez des livres, des blogs, des témoignages ou études sur le sujet dit des hauts potentiels, ou que vous discutez avec certaines personnes concernées, régulièrement revient : le nous, le test, le profil, …

Bien sûr, il y a d’une part une volonté d’étude et de compréhension de faits expérimentaux, de vécus, il y a d’autre part une volonté de compréhension de sa vie, de se sentir moins seul.

Alors, les profils MTBI, les test de QI, les cases TDAH, pour ne citer qu’exprès celles les plus cités, sont des outils de diagnostique, au sens scientifique et clinique.

Mais est-ce raisonnable de se résumer à cela ?

Qu’il y ait étude, bien évidemment. Qu’il y ait volonté de recherche scientifique sur tel ou tel sujet et qu’il soit nécessaire de nommer comme l’on veut ce qu’on étudie, pour sûr aussi !

Mais, le sujet d’étude est-il résumable à cette somme d’étiquettes ?

Sachant que de surcroit, cette population serait inclassable et n’aimerait pas les étiquettes, les résumés et les caricatures.

Mais une case n’est quoi sinon un enfermement ?

Je ne dis pas qu’ils n’ont pas un sens partiel, une aide évidente, un intérêt parfois très important pour chacun, mais doit-on s’y enfermer.

Entrons dans la pièce, mais n’y restons pas, surtout si les murs sont proches et la pièce petite et sans fenêtres.

Ayons envie de visiter les pièces sans y rester, d’en piocher des fait et informations et ressentis résonnants en nous qui font sens, mais pas plus, pas moins non plus bien sûr.

Car la liberté c’est être soi, et soi n’est pas je suis un Haut Potentiel Complexe, et un MTBI Architecte INTJ-A, avec un QI de 141, mais je n’ai pas testé le reste.

Soit.

Mais après ?

Je reste sur mon Complexe, sur mon Architecte, sur …

Je ne cherche que cela, je me rassure avec, je lis là dessus et fais résonner forcément ces points. Car ces points sont évidemment justes !

La question n’est pas qu’ils ne soient justes !

Bien sûr, que totalement ou partiellement, selon comme le résultat arrive, ces points ont sens, mais les autres …

Ce que je veux dire, c’est que vu comment je fonctionne, ces mots vont m’enfermer et je vais me sentir prisonnière de ces mots, de ces sujets. Je vais me dire, mais alors je ne peux être cela et vais me fermer des portes, ou ne pas m’autoriser à même voir les portes.

Mais, c’est juste humain !

La liberté est plus grande qu’une étiquette, nous n’en sommes pas ou alors une somme infinie de vérités partielles, mouvantes et changeantes au gré des temps, des humeurs et de la vie.

Je fais mon test de QI à 3h du matin épuisée émotionnellement, j’aurais 102, le même en superbes conditions, j’aurais 143. Je réponds à un MTBI, et selon le moment de ma vie, je suis l’un, l’autre voire les deux et tous. Je suis hyperactif, alors tout le monde m’enfermera là dedans et aucune possibilité d’en sortir.

Alors, est-ce que je veux être classée et catalogué ? Etiquetée ?

Non.

Je préfère ma liberté, pas la non connaissance bien sûr, mais la liberté et la vie juste avec sa complexité et ma complexité.

Alors demain je serais ce que mon coeur me dictera, car c’est lui qui fait tourner la machinerie, que l’on le veuille ou non. Et mon esprit tentera d’aller explorer là où je ne devrais pas être, puis il voudra revenir là où il fait chaud. Puis inlassablement et sur toutes les variations des possibles et des probables.

J’aime la liberté par dessus tout, celle des autres et la mienne.

Et le respect qui va dualement avec.

Alors forcément je respecte au plus haut point ces sujets et les personnes qui font le choix d’y être, de s’y référer ou autre.

Je n’exprime que ma propre liberté qui a sens pour moi. C’est un partage, et pas une démonstration, car rien n’est à démontrer, voire pire … à chercher à convaincre.

Voila, c’est dit !

Laissez votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *